Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  antoinedestbrev le Lun 9 Jan 2017 - 8:05

Dans le milieu du Windsurf, on l’a bien compris, en particulier sur ce Forum de gentils insurgés, le Custom a (et c’est une excellente chose !!), repris ses lettres de noblesse, et quelques « Pros » proposent dorénavant en France une vraie alternative aux produits manufacturés provenant de très très loin vers l’Est !
Emeric Peraud, et son atelier RICO Sailboards à Auray, dans le Morbihan, propose ainsi depuis quelques années des produits de haute technicité, face au matériel de série actuel, dont les prix se sont envolés, pour une fiabilité paradoxalement parfois « discutable » !!
Rencontre avec l’intéressé ……
 
GDPSA : Emeric Peraud...en bref..., raconte un peu….Il y a quelques années, tu intervenais sur ce forum comme membre (de manière assez pertinente je dois dire !), puis tu as décidé de te lancer et d’ouvrir ton atelier « Pro » à Auray, à peu près au même moment d’ailleurs que Benoît Lahaut (Custom Belzh à Brest) et Antoine Castric (Customs Haize Egoa à Lesconil). Quel est ta formation initiale, ton parcours dans ce milieu, et qu’est-ce qui t’a finalement incité à franchir le cap en créant ta marque ?


 
 
J’ai fait un master en aquaculture du coté de Sète. Rien à voir avec le sujet qui nous concerne, à part l’eau de mer. De la salle de cours, on pouvait checker le spot ! Autant dire qu’il y avait souvent des absents l’après- midi.
Mais c’est en 1985, à 15 ans que j’ai découvert le shape et les composites dans un catalogue Matos ou il y avait un tuto sur la construction.
(Ndlr: Celui avec Brian Hinde, le shapeur alors de chez Sailboard et Jenna en couv, visible ICI  pour les nostalgiques !)


J’ai mis le doigt dedans et je n’ai plus lâché. Mes premières planches , je les ai faites dans ma chambre en poussant le lit. J’allais dormir sur le canapé du salon. Quand j’y repense, c’est complètement délirant et je remercie mes parents d’avoir accepté ça.
Après quelques planches en monolithique, je suis allé en stage chez Olivier Chrétien (Le créateur d’Exocet) pour qu’il m’apprenne la technique du sandwich sous vide.
Quand il a fallu chercher du boulot, j’ai abandonné l’aquaculture et j’ai bossé dans un atelier à Erdeven qui produisait pour JPK 
(Ndlr: Customs crées par Jean-Pierre Kelbert) ou je pouvais faire quelques customs. Je suis ensuite parti faire une saison de shape à Tarifa.
Après ça, j’ai commencé à bosser dans la course au large dans des teams de multicoques comme  Sodebo ou Banque pop et sur le Vendée Globe..
C’est une super école des matériaux composites, avec beaucoup de technicité. Tu es en lien direct avec les architectes et tu dois te démerder pour sortir ce qu’on te demande et parfois c’est compliqué ! C’est là que j’ai vraiment appris et compris le métier d’autant plus que j’ai eu la chance de côtoyer quelques orfèvres en la matière.
Je me suis ensuite exilé dans la région parisienne ou j’ai bossé chez EADS pour faire des satellites. Intéressant pour découvrir la rigueur industrielle mais pas très fun !
J’ai pu m’en échapper grâce à une proposition pour partir 1 an en Suisse  faire du transfert de technologie dans un chantier qui devait construire un foiler en pré-imprégné. Après être rentré en France, j’ai eu « une période propice à la réflexion » et j’en ai profité pour monter mon projet d’atelier que j’avais à l’esprit depuis longtemps. Après 10 ans dans l’oubli, le custom reprenait des couleurs et j’ai saisi l’occasion pour me lancer en 2013.
 
 
GDPSA : En allant musarder sur ton site, on voit qu’en dehors des différents programmes que tu proposes,  tu offres aux clients le choix entre différents types de fabrications, allant d’une gamme « Glass STD » à 1750€, à une gamme « Carbone Pro » à 2190€, pour des poids allant (pour 80 litres) de 6,3 à 5,5 kg soit nettement plus léger et bien moins cher que la série, le tout fabriqué en France !……J’imagine évidemment que la recherche du meilleur compromis poids / fiabilité reste une préoccupation majeure ?



Oui bien sûr mais je fais passer la fiabilité avant tout. C’est primordial et c’est ce qui fait la force du custom. Un atelier artisanal joue sa réputation là-dessus. Le gain de poids, c’est la cerise sur le gâteau. Je n’ai pas sorti  un trifin 80l à 5.5 kg  du premier coup. Les constructions ont pas mal évolué depuis 4 ans et j’ ai réussi à mettre plus de renforts en gagnant du poids.
Le prix rentre aussi dans l’équation. Il faut que ça reste cohérent. J’ai quelques idées pour alléger encore  mais le prix du gramme gagné s’envole !
 
GDPSA : Tu fais un peu figure d’exception chez les shapeurs, en utilisant un type de sandwich, le spheretex, pour remplacer le traditionnel PVC sur le pont de tes planches. Peux-tu nous en dire un peu plus, en particulier sur les avantages, les contraintes liées à ce matériau et sur ta "philosophie" de "l'habillage" (tissus, biax, UD, verre, carbone, Kevlar....) ?


Le Spheretex est un tissu de verre allégé et épaissi par des microsphères qui remplace la mousse PVC dans une structure sandwich. Ca fait 2 mm d’épaisseur et on peut empiler les couches pour épaissir le sandwich localement.
 Imagine une éponge que tu passes sous l’eau, tu la presses pour l’essorer et elle reste juste humide quand tu la relâches. Et bien c’est le même principe avec le spheretex et la résine mais l’essorage se fait sous vide. Après polymérisation, on obtient une sorte de croûte légère et dure de 2 ou 4 ou 6mm (en fonction du nombre de couches) à la place du PVC.
Je trouve que ce produit est vraiment intéressant pour faire une planche parce que c’est hyper résistant aux impacts et marquages et les ponts restent comme au premier jour même après 3 ans de matraquage. De plus, comme c’est tramé de fibre de verre, ça participe aux efforts de traction et compression, contrairement à un sandwich mousse PVC classique ou seules les peaux travaillent. Et pour la mise en œuvre, c’est assez souple pour épouser les formes et il n’y a donc pas de thermoformage.Par contre, il faut être très rigoureux sur le process parce que tu as vite fait de mettre trop de résine et alourdir inutilement la planche.
Par-dessus la peau intérieure,  je mets 1 couche complète sur tout le pont, une deuxième du pied de mat jusqu’aux straps arrières et un 3e  patch au pied de mat pour passer d’un sandwich 2mm sur les zones peu sollicitées à 4mm sur toute la zone de piétinement et 6mm au pied de mat. Le pain de mousse est usiné avec les décaissés  correspondants pour ne pas avoir de surépaisseurs.


Plaquage du spheretex :




 


La carène reste en pvc.

Quant à ma « philosophie », je privilégie toujours une structure sans points durs, que ce soit sur les transitions d’épaisseur de sandwich ou les renforts, pour éviter les concentrations de contrainte. Je soigne aussi l’orientation des fibres par rapport aux efforts et je place certains renforts à 45° de l’axe pour mieux reprendre les contraintes (cisaillement sur les rails par exemple). Les fibres n’ont pas forcément la même orientation selon leur nature. Par exemple, un pont en carbone sera en biaxial avec un petit tissu de verre anti pelage de 50 g par-dessus pour avoir du flex et de la nervosité alors qu’un pont en verre sera posé à 0/90° parce que le verre est moins rigide.


Tous les inserts et boxs sont posés avec des reprises de strat pour transmettre les efforts sur  la structure de la planche et pas seulement encastrés dans un bloc de mousse HD sous le sandwich..


Pont en biax carbone avec renforts à 0/90°
 
 
 
 
Carène Dynanotex carbone, quad 84 l
 
 


GDPSA : Question "piège"...et pas vraiment à la fois....Que mettrais-tu en avant auprès d'un client, tant au niveau shape qu'au niveau réalisation technologique, pour l'amener de la série vers un atelier de fabrication artisanale comme le tien ?

Euuuh… c’est là qu’on voit que je ne suis pas top en com !  Non sérieux, il faut d’abord parler de la fiabilité parce qu’il vaut mieux naviguer sans se poser de questions que de chercher la route de l’atelier le plus proche après chaque navigation.Le rapport poids / fiabilité /prix est meilleur sur un custom que sur la grande majorité de la production de série.
Les gens ont souvent peur de la revente quand ils louchent vers un custom. Pourtant, à chaque fois que j’ai une occasion, elle ne traîne pas à partir et j’ai même des demandes spontanées. La revente n’est donc pas un problème et la décote est peut-être même moins forte que pour la série.
Quant au shape, Le custom personnalisé n’a pas accès aux tests de la presse. Ce n’est pas facile de se faire une idée de comment marche une planche qui n’existe pas encore. Il faut donc mettre en avant l’écoute et la discussion préalable à toute conception et ensuite expliquer pourquoi telle option de shape correspondra au feeling du client. Je propose à chaque fois une petite animation 3D pour visualiser sa future planche avec une explication.  Après, j’ai envie de dire que ce sont les clients qui en parlent le mieux. Quand je peux, j’aime bien mettre en relation un client existant et un client potentiel.Et il y a toujours la possibilité de tester une planche avant d’acheter.
 
GDPSA : Tu utilises aujourd'hui la conception et l'usinage assistés par ordinateur de tes protos. Quelle est ta démarche de développement de nouveaux shapes, en particulier en lien avec tes coureurs, et sur quels spots (Ndlr: en ce moment, c'est pas la joie question météo sur la façade Ouest Atlantique !....) ? Quels sont enfin tes shapes de prédilection ?


J’ai dessiné ma première planche en CAO il y a 7 ans.
Je bosse aujourd’hui avec 3 riders : Vincent Caro, Christophe Thébault et Alexis Duparc qui ont chacun leur style et leurs spots. Avec eux, je peux avoir des feedbacks dans toutes les conditions, des vagues molles de Kerhilio,  à Hookipa ou au  Cap Vert, en passant par Penhors ou Moulay. Mais c’est avec Vince que j’avance le plus. Il a une super analyse et est complètement impliqué dans la conception des protos. On progresse tous le 2 ensembles dans notre domaine.


Vincent à Hookipa. Trifin 73l carbone  (photo : https://www.facebook.com/cibernoventaynueve)




 
Je ne cherche pas forcément à trouver le shape qui va plaire au plus de monde  mais plutôt le meilleur shape pour chacun.
Je pars donc d’un dessin qui me semble correspondre aux attentes de chaque rider et pour les prototypes suivants, on affine certains paramètres pour améliorer tel ou tel point en fonction des ressentis. Le but est de comprendre et évaluer l’influence de chaque paramètre sur le comportement de la planche. Quand un gars me dit «  j’ai besoin de ceci ou cela », je voudrais pouvoir pousser les curseurs correspondants jusqu’à la bonne valeur.


Grâce à la CAO, en quelques clics,on arrive à faire des modifications  précises au millimètre pour par exemple donner plus ou moins d’accroche sur le rail, avoir une assiette plus ou moins haute, gagner en puissance ou en confort…
Je valide aussi mes constructions grâce à eux avant de les proposer aux clients. Alexis par exemple est coach et partage sa vie entre Moulay l’été et le Brésil l’hiver. Il fait 300 sorties par an dont la moitié dans le carton de Moulay et n’a pas peur des sauts bien trashs. Si ça tient avec lui, je peux dormir tranquille…


Alexis (https://www.facebook.com/ProWindCoaching/?ref=ts&fref=ts&qsefr=1) au Brésil, quad 82 carbone pro.(photo :https://www.facebook.com/windpaparazzi/?fref=ts )




 
Mon shape de prédilection, c’est souvent le dernier que je viens de sortir. Mais il y a toujours un ADN Rico avec des outlines courts et pas trop larges et un pont assez bombé. Ca donne de la vivacité avec beaucoup de contrôle et de tenue sur le rail.
 En slalom, j’essaie de faire des planches performantes mais faciles à tenir, pour des riders normaux qui ne sont pas forcément des marmules de world cup.
 

GDPSA : RICO, c'est uniquement du Windsurf, ou aussi un peu de surf, de SUP ? Des collaboration avec la série, en cours ou à l'état de projet ?


Je fais surtout des planches de vague parce que j’ai toujours navigué en vague. Depuis 2 ans, Je développe  les planches de slalom. Je commence aussi à y prendre mon pied et je profite d’un super stade de slalom à Carnac ou on est souvent bien entouré par une belle brochette de champions.


Slalom 120 et 108



 
Je sors quelques freeride. J’aimerai proposer une version en monolithique carbone Kevlar autour de 1300 € pour montrer que le custom n’est pas réservé à l’élite. 
Je voudrais faire des SUP en sandwich cette année et je laisse le surf aux excellents ateliers de shape de surf morbihannais.
Je commence cette année à bosser avec un constructeur de foils pour faire ses pré séries de kitefoilboards.
J’ai plein d’idées mais il me manque toujours le temps et la trésorerie pour tout mettre en œuvre. Je tiens aussi à garder une activité de réparation même si c’est très chronophage : ça rend service à plein de monde et je ne peux pas m’en passer financièrement.
 
GDPSA : Disposes-tu d'une clientèle plutôt locale, ou plus large, voire étrangère ?


Les spots de vagues morbihannais sont bien fournis en Rico! Ca fait toujours plaisir d’en voir  5 ou 6 naviguer sur la même session.  La clientèle est plutôt locale voir bretonne et j’ai quelques clients dans le nord, en Normandie, Loire Atlantique,en Vendée et jusque dans le sud-ouest. J’ai aussi 2 ou 3 planches qui tournent aux Antilles. Et mon tout premier client qui vient de renouveler sa planche est dans le sud mais les Rico sont plutôt rares en méditerranée.
 
GDPSA : Quelques années après les débuts de RICO, alors que le custom est incontestablement très concurrentiel face à la série, mais que les mentalités sont difficiles à faire évoluer, quel bilan peux-tu déjà dresser ?


La réponse est dans la question !
Les retours sont très positifs et les pratiquants sont de plus en plus nombreux à exprimer leur intérêt pour le custom. Mais ça reste encore très difficile de faire vivre un atelier juste avec le shape. Comme tu dis, les mentalités évoluent lentement (mais sûrement) et même si le marché est en mutation en ce moment, la série reste encore la norme, parce que c’est rassurant de choisir sa planche sur catalogue et il y a de gros moyens pour bosser l’image.
  Je pense que les ateliers de shape ont encore des efforts à faire dans ce sens pour étendre leur réputation au-delà du marché local qui n’est pas suffisant et vers des pratiquants moins pointus.
Finalement, c’est un boulot qu’on ne peut faire qu’avec une grosse dose de passion.
 
GDPSA : Merci Emeric, ça a été clair et technique à la fois. Une foule d'arguments pour que nous continuions à ne pas comprendre ce qui fait encore hésiter les pratiquants pour passer au custom....La proximité d'un atelier peut-être... et encore....Prêt à répondre aux questions des curieux tout en conservant le silence sur tes secrets de grand-mères ?


 Je dirai le marketing peut être…

J’essaierai de ne pas trop pratiquer la langue de bois ! Mais si les gens ont encore des questions après tes super vidéos, ça sera avec plaisir.
  
RICO Sailboards ICI
avatar
antoinedestbrev
Admin

Messages : 1615
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 48
Localisation : Saint Brévin

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guidedupetitshapeuramateur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  Zorste le Lun 9 Jan 2017 - 9:31

Très intéressante interview, merci de l'avoir partagée Very Happy
avatar
Zorste

Messages : 584
Date d'inscription : 31/03/2015
Age : 44
Localisation : Gruissan

Voir le profil de l'utilisateur http://windsurf-sessions.eg2.fr/infos_rider.php?id_rider=2725

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  pat foehr le Mar 10 Jan 2017 - 2:21

Salut
Merci
Emeric Peraud, pour l’interview
Le savoir faire Français mis à l’honneur, Des beaux produits comme cela

peuvent facilement concurrencer le marcher international, et rivaliser,
dans ce que j'appelle le monde de Naish.
La question qui se pose: si des petites séries, mi-custom, ne pourraient pas rivaliser
ou concurrencer les séries made in Thail ?

Ce patrimoine artisanal mérite au moins de pouvoir en vivre décemment,
je vous le souhaite vivement!

Merci Pat

 

pat foehr

Messages : 556
Date d'inscription : 23/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  lemat le Mer 11 Jan 2017 - 6:30

je ne connais pas le milieu du windsurf mais j'ai réparé récemment une planche de série et j'ai retrouvé les même problèmes que sur les surftech cobra de première génération : il y a plus d'enduit que de fibre du coup sa casse même en traction. Même les surfeurs ont compris que les planches de série c'est moins bon que les customs, c'est souvent plus cher "ça dépend du sticker", alors y'a pas de raison que les windsurfeurs n'adhèrent pas.

lemat

Messages : 134
Date d'inscription : 29/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  antoinedestbrev le Dim 15 Jan 2017 - 0:59

Cet article est passionnant, la preuve, près de 900 vues en quelques jours !! Plutôt rare sur ce forum ! Merci aussi aux différents relais facebook.

Ce que j'en retiens, c'est en particulier le côté technique bien maîtrisé d'Emeric, et cela me donne envie de repenser à l'utilisation du Spheretex, qui il est vrai, est un matériau très intéressant.

On en a utilisé pendant des années chez Kalamazoo en simple, double et même triple sandwich .....Attention à bien "essorer l'éponge" comme le souligne Emeric !

N'hésitez pas à poser vos questions, le boss a promis de (presque) tout vous dire....

Quand aux arguments à opposer à la série lorsque l'on parle du custom, c'est purement formel, plus personne de censé et objectif ne doute de leur évidence.
avatar
antoinedestbrev
Admin

Messages : 1615
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 48
Localisation : Saint Brévin

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guidedupetitshapeuramateur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  jacques d'anjou le Dim 15 Jan 2017 - 1:50

Video sur l'explication du spherex
avatar
jacques d'anjou

Messages : 270
Date d'inscription : 29/03/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  antoinedestbrev le Dim 15 Jan 2017 - 6:18

Sympa dans le principe, mais un peu dur de suivre les explications !  Suspect
avatar
antoinedestbrev
Admin

Messages : 1615
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 48
Localisation : Saint Brévin

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guidedupetitshapeuramateur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  epoxaddict le Dim 15 Jan 2017 - 8:53

C'est moi Emeric.
Je ne parle le russe que sous la torture mais ce que je comprends de cette vidéo, c'est qu'elle ne présente pas le spheretex mais un dérivé (le guncore) prévu pour une application en fibre coupée et projetée (avec un pistolet). Le spheretex utilise la même fibre mais c'est un tissu avec chaine et trame et il est plaqué sous vide après imprégnation à plat.

epoxaddict

Messages : 32
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Auray

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  antoinedestbrev le Lun 16 Jan 2017 - 0:05

Oui effectivement, on voit bien le "fil" dont est constitué le spheretex (verre + microsphères. Au moins, même en russe, on comprend "microballon" !), mais pas le tissu tissé.

J'ai vu chez Sicomin qu'ils en avait jusqu'à 2 mm. C'est là que tu le choppes Emeric ?

a+
Antoine
avatar
antoinedestbrev
Admin

Messages : 1615
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 48
Localisation : Saint Brévin

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guidedupetitshapeuramateur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  recif2000 le Mar 17 Jan 2017 - 2:19

bonjour !
juste pour info j'ai utilisé le sphertex de chez sicomin pendant quelques années, en double sandwich pour les ponts de quelques planches.
le gros problème c'est l’imprégnation : pas assez de résine et tu navigues sur le tapis de bain de ta grand mère, trop de résine et c'est un plomb.

Attention également au vide ! pas trop tirer sinon c'est trop tassé, et tu perds ta rigidité ! moi je mettais de la poudre de graphite dans ma résine pour bien visualiser l'imprégnation ...

en revanche c'est simple à mettre en œuvre, et quand c'est bien fait c'est du béton ....

recif2000

Messages : 153
Date d'inscription : 24/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  epoxaddict le Mar 17 Jan 2017 - 2:21

oui je me fournis chez Sicomin. Le spheretex existe aussi en 1.5mm (à l'œil,il parait faire plutôt 1mm) et en 3mm mais je n'ai jamais utilisé ce dernier.
Un conseil gratos, il faut teinter la résine pour bien visualiser l'imprégnation.

epoxaddict

Messages : 32
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Auray

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  epoxaddict le Mar 17 Jan 2017 - 2:22

bien joué "Recif 2000" tu m'a devancé d'une minute pour ce bon conseil de teinter la résine!

epoxaddict

Messages : 32
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Auray

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  recif2000 le Mar 17 Jan 2017 - 2:24

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

recif2000

Messages : 153
Date d'inscription : 24/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  antoinedestbrev le Mar 17 Jan 2017 - 5:11

Merci à tous les deux. Oui...je me souviens bien qu'on faisait aussi cela.....teinter la résine en noir.
avatar
antoinedestbrev
Admin

Messages : 1615
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 48
Localisation : Saint Brévin

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guidedupetitshapeuramateur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  pat foehr le Mar 17 Jan 2017 - 10:12

Salut

Pour moi un doute persiste quand à l'étanchéité du spheretex par rapport
à un PVC, surtout s'il a été fissuré sans s'en apercevoir par exemple.
Quand à la mise en œuvre, en stratification par contact avec plaquage sous vide
ce matériau n'est pas vraiment  approprié. Plutôt en imprégnation sous vide,
en plaçant toutes les couches en même temps, mais là c'est une autre histoire.
Enfin mon impression se base sur les discussions que j'ai pu avoir avec des pros
du composite, néanmoins je continue mon enquête, ce sujet est tout simplement passionnant.
Peut-on s'attendre à une nouvelle vidéo en 2017, sur ce sujet, j'ai comme l'impression ...

Pat

pat foehr

Messages : 556
Date d'inscription : 23/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  antoinedestbrev le Mar 17 Jan 2017 - 22:45

Salut Pat

Pour avoir pas mal utilisé ce matériau à une époque sur des planches de vagues, je peux t'assurer qu'il ne présente aucun inconvénient structurel (la trame tissée est bien plus résistante qu'un simple PVC, il est facile de s'en rendre compte en essayant de déchirer un bout de spheretex).

Le seul problème comme on l'a évoqué, c'est le contrôle de la saturation en résine, et sa "relative" faible épaisseur (surtout si l'on contrôle mal le vide). C'était au début des années 90, je découvrais le sandwich..... Sad 

On faisait les carènes en PVC 5 mm, et tous les pont en spheretex simple, double ou tripe sandwich pour les planches de vagues (nida pour les planches de slalom). Je peux t'assurer que c'est béton.

L'avantage du PVC, en dehors du préformage qui reste pénible, c'est qu'il offre de l'épaisseur "incompressible" pour un poids assez intéressant.

Antoine
avatar
antoinedestbrev
Admin

Messages : 1615
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 48
Localisation : Saint Brévin

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guidedupetitshapeuramateur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  jacques d'anjou le Mer 18 Jan 2017 - 0:16

Sinon il y   cela qui ressemble au procédé Russe mais Francais Shocked Shocked Shocked  désolé pour les sérieux je n'y arrive pas SORRY Antoine
avatar
jacques d'anjou

Messages : 270
Date d'inscription : 29/03/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  recif2000 le Mer 18 Jan 2017 - 1:38

Razz Razz Razz

recif2000

Messages : 153
Date d'inscription : 24/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  pat foehr le Mer 18 Jan 2017 - 2:13

Salut Antoine 

Merci pour ce retour de vécu 
comme quoi il y a la théorie et la pratique 
cela lève mes doutes. 
C'est plutôt pour la mise en oeuvre, et les avantages
cités que tu as abandonné le spheretex pour le PVC?

Il y a pas mal de produit chez R&G
sous la rubrique sandwich-werkstoffe pour infos 

Du coup Jaques j'ai faim  Very Happy

a+ Pat

pat foehr

Messages : 556
Date d'inscription : 23/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  epoxaddict le Mer 18 Jan 2017 - 2:28

Salut Pat,
Comme dit Antoine,il faut vraiment y aller de bon cœur pour fissurer un sandwich spheretex, contrairement à du PVC qui peut se feuilleter et se fissurer lors de compressions à répétition ou sur un choc.
C'est même tellement costaud que tu peux réduire l'échantillonnage de la peau extérieure  sans nuire à la solidité. De plus il présente une meilleure cohésion entre l'âme et les peaux et résiste mieux au délaminage(pas testé sur éprouvette mais c'est mon ressenti après des années d'utilisation)
Ce n'et pas un matériau magique et il présente aussi quelques inconvénients:

- Il n'est pas bien connu!
- une fois straté avec sa peau intérieure, il présente un aspect de surface un peu moins propre que du PVC.
- utilisé en une couche, un sandwich spheretex  est moins épais et sera moins performant en flexion "locale" (sous la pression d'un pied par exemple) qu'un sandwich équivalent en PVC , mais meilleur en traction, grâce aux fibres qu'il contient. C'est pour cette raison que je double l'épaisseur sur toute la zone de piétinement. Accessoirement, ça me permet de descendre la densité du pain de mousse.
- Sa masse surfacique est légèrement plus élevée qu'un PVC avec ses raclages sur chaque face. Il est donc plus avantageux au niveau du poids sur une planche de vague que sur une slalom de plus de 80cm de large.
- Avant polymérisation il est sensible à la pression et peut perdre en épaisseur si on tire  le vide trop fort. Quand je le plaque, je "monte" la dépression à 0.5 pendant 1/4 d'heure pour l'essorer et je redescends à 0.25 pour la polymérisation.
- Comme déjà évoqué, il demande une bonne maitrise pour le pas l'alourdir inutilement avec trop de résine.

Ceci dit, je vais me faire un croque monsieur pour midi!

epoxaddict

Messages : 32
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Auray

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  Zorste le Mer 18 Jan 2017 - 3:21

Salut,

Il faut aussi faire la différence entre les 2 sortes de PVC que sont le reticulé et le linéaire. Le premier que l'on utilise habituellement pour la carène est très cassant (mais rigide); alors que le second est extrêmement souple et présente une excellente cohésion. Sur une planche de vague, ce dernier ne doit pas présenter de gros inconvénients, les risques de fissuration de ce matériau d'âme étant quasiment nuls.
avatar
Zorste

Messages : 584
Date d'inscription : 31/03/2015
Age : 44
Localisation : Gruissan

Voir le profil de l'utilisateur http://windsurf-sessions.eg2.fr/infos_rider.php?id_rider=2725

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  lemat le Mer 18 Jan 2017 - 6:41

pour le russe essayez ça avec le sandwich il ça peu aider (dans un gros ballon par contre):

lemat

Messages : 134
Date d'inscription : 29/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  antoinedestbrev le Mer 18 Jan 2017 - 9:53

Merci à tous pour vos interventions plus ou moins pertinentes  Laughing ! Jacques, tu iras au coin pour tes facéties.......



Pat: J'ai commencé à utiliser du PVC par curiosité, et j'ai continué sur ma lancée, plutôt satisfait. Au début, je stratifiais le blocage de pont à part, je scotchais intégralement la plaque de PVC avec du scotch papier. Le tout se préformait d'un coup au sous vide, il fallait tirer pas mal sur la poche, ce qui n'est plus possible si l'on fait blocage + sandwich dans la foulée, parceque l'on risque de déformer la planche encore souple.

Du coup, voici le dessert...Russe lui aussi, et concocté avec amour à partir de la vidéo...


avatar
antoinedestbrev
Admin

Messages : 1615
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 48
Localisation : Saint Brévin

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guidedupetitshapeuramateur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  antoinedestbrev le Mer 18 Jan 2017 - 10:10

Zorste a écrit:Salut,

Il faut aussi faire la différence entre les 2 sortes de PVC que sont le reticulé et le linéaire. Le premier que l'on utilise habituellement pour la carène est très cassant (mais rigide); alors que le second est extrêmement souple et présente une excellente cohésion. Sur une planche de vague, ce dernier ne doit pas présenter de gros inconvénients, les risques de fissuration de ce matériau d'âme étant quasiment nuls.

Juste pour info, j'ai déjà rencontré des problèmes de cisaillement du PVC dans l'épaisseur...peaux parfaitement collées sur le PVC ET sur le polystyrène, mais c'est la PVC qui a cédé.
avatar
antoinedestbrev
Admin

Messages : 1615
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 48
Localisation : Saint Brévin

Voir le profil de l'utilisateur http://www.guidedupetitshapeuramateur.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  Zorste le Mer 18 Jan 2017 - 10:19

antoinedestbrev a écrit:
Juste pour info, j'ai déjà rencontré des problèmes de cisaillement du PVC dans l'épaisseur...peaux parfaitement collées sur le PVC ET sur le polystyrène, mais c'est la PVC qui a cédé.

Cela devait être du PVC reticulé, car le linéaire est extrêmement difficile à déchirer... Je dirai même très coriace !
avatar
Zorste

Messages : 584
Date d'inscription : 31/03/2015
Age : 44
Localisation : Gruissan

Voir le profil de l'utilisateur http://windsurf-sessions.eg2.fr/infos_rider.php?id_rider=2725

Revenir en haut Aller en bas

Re: Shapin' Breizh la suite ! Interview d'Emeric Peraud de RICO Saiboards

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum